Diabète et Ramadan – Recommandations pour jeûner sans danger!

Si on aime on partage!

A l’approche du Ramadan, Apprenez à bien gérer votre diabète !

Le Ramadan commence dans quelques jours. Faire ou ne pas faire le jeûne lorsqu’on est diabétique ?

Dans tous les cas, il doit s’agir d’une décision éclairée, prise en concertation avec votre médecin de suiviramadan diabète

Pendant le Ramadan, la plupart des pratiquants consomment deux repas par jour : l’Iftar (après le coucher du soleil) et le Suhur (avant l’aube). L’alimentation est généralement hypercalorique (surtout pendant l’Iftar), riche en aliments traditionnels gras et sucrés, et pauvre en fibres.

Les principaux risques encourus par les patients diabétiques sont les suivants : hypoglycémie, hyperglycémie, acidocétose, déshydratation et thrombose.

Recommendations pour un jeûn sans risques

Il existe plusieurs consensus d’experts visant à optimiser la prise en charge du diabète pendant le Ramadan, comme celui de l’American Diabetes Association (1) ou de l’International Group for Diabetes and Ramadan (2).

La fédération internationale du diabète (IDF) vient de publier des recommandations très complètes, disponibles en accès libre (3).

L’une des principales nouveautés est la stratification des patients en 3 (et non plus 4) catégories :

  1. Patients à très haut risque (hypoglycémie sévère, acidocétose ou coma hyperosmolaire lors des 3 derniers mois ; hypoglycémies itératives et/ou non ressenties ; DT1 mal contrôlé ; complications macrovasculaires évoluées ; insuffisance rénale stade 4/5 ou dialyse ; femme enceinte traitée par insuline ; sujet âgé fragile ; maladie aiguë intercurrente)
  2. Patients à haut risque (DT2 mal contrôlé ; DT2 bien contrôlé sous multi-injections d’insuline ; DT1 bien contrôlé ; insuffisance rénale chronique stade 3 ; complications macrovasculaires stables ; femme enceinte sous régime seul ; comorbidités significatives ; traitements pouvant induire des troubles cognitifs ; exercice physique intense)
  3. Patients à risque faible ou modéré (DT2 bien contrôlé sous antidiabétiques oraux, GLP-1 et/ou insuline basale).

Selon l’IDF, les patients à risque faible ou modéré peuvent jeûner après avoir consulté un professionnel de santé un à deux mois avant le début du Ramadan et reçu une éducation thérapeutique adaptée, avec ajustement de leur traitement et renforcement de leur suivi (et notamment de l’auto surveillance glycémique).

A contrario, l’IDF précise que les patients à haut risque « ne devraient pas jeûner » et que les patients à très haut risque « ne doivent pas jeûner ».

 

Recommandations thérapeutiques

Sur le plan thérapeutique, certains antidiabétiques oraux ne nécessitent aucune modification pendant le mois du Ramadan (en dehors de la suppression d’une éventuelle prise de midi) :

  • c’est le cas de la metformine, de l’acarbose, des iDPP4 et, pour les agents non commercialisés en France, des thiazolidinediones et des inhibiteurs de SGLT2 (en privilégiant pour ces derniers une prise avant l’Iftar et se méfiant du risque potentiel de déshydratation).
  • Concernant les sulfamides, le gliclazide et le glimépiride doivent être favorisés par rapport à des produits plus anciens comme le glibenclamide du fait d’un risque accru d’hypoglycémie : on veillera à préconiser une administration avant l’Iftar pour les sulfamides en une prise par jour, et à baisser la posologie quotidienne chez les patients bien équilibrés.
  • Pour le répaglinide, la dose journalière sera également diminuée, avec une redistribution en deux prises par jour, le plus souvent plus importante avant l’Iftar. Aucune modification ne sera apportée pour les aGLP1, à condition que ceux-ci aient été introduits et titrés au moins 6 semaines avant le début du mois de Ramadan.

 

En ce qui concerne l’insuline basale, il est conseillé

  • de réduire la dose de 15 à 30 % si elle est administrée une fois par jour (Iftar)
  • chez les patients recevant deux injections par jour, de conserver la dose usuelle du soir (Iftar)
  • de réduire la dose de 50 % du matin (Suhur) ;

 

Pour les insulines rapides, il est préconisé

  • de ne pas changer la dose du soir (avant l’Iftar),
  • de diminuer de 25 à 50 % la dose du matin (avant le Suhur)
  • de ne pas faire d’injection à midi.

 

Des conseils spécifiques existent également pour les insulines pré mélangées, ainsi que pour les traitements par multi-injections ou par pompe à insuline des patients DT1 (3).

 

Dix règles de base pour gérer au mieux le mois de Ramadan pour les patients diabétiques

 

  1. Préparer le jeûne un ou deux mois à l’avance avec le patient.
  2. Rappels éducatifs sur hypoglycémie, hyperglycémie, cétose.
  3. Individualiser la prise en charge thérapeutique.
  4. Donner des conseils nutritionnels personnalisés pour une alimentation équilibrée.
  5. Veiller à bien s’hydrater en dehors des heures de jeûne.
  6. Adapter le traitement médicamenteux.
  7. Favoriser l’exercice physique en évitant les excès.
  8. Conseiller un contrôle régulier des glycémies capillaires (autorisé).
  9. Connaître les situations imposant une rupture ponctuelle ou durable du jeûne.
  10. Faire participer la famille et/ou une personne-ressource

 

 

 

Sources :

Hôpital de la Conception, AP-HM, Marseille – Dr Patrice Darmon (quotidien du medecin)
(1) Diabetes Care 2010;33(8):1895-902 
(2) BMJ Open Diabetes Research and Care 2015 http://drc.bmj.com/
(3) Diabetes and Ramadan: practical guidelines. International Diabetes Federation (IDF), in collaboration with the Diabetes and Ramadan (DAR) International Alliance. April 2016. http://www.idf.org/guidelines/diabetes-in-ramadan

diabète et ramadan
Consulter notre avis sur le glucomètre le plus populaire pour optimiser votre jeûn et garder un oeil sur une glycémie normale

Auteur de l’article : Dr Lahouar

Docteur en médecine générale passionné par la technologie et l'informatiqueJe travaille en tant que consultant fonctionnel et marketing pour les industriels de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *